Chronique de la basse-cour
Clôture des inscriptions pour les Exposants le Lundi 6 septembre 2021
tel : 0616020390 mail : elevagedenicolas@gmail.com

Il a réussi !

En effet le Président  Serge Dépit, par sa détermination, a entraîné  l’ensemble des membres du Club Avicole et Ornithologique de la Drôme ( CAOD )  à présenter une très belle présentation avicole dans la salle des Moulages les 10 et 11 octobre  2020 à CREST.

Dans cette période d’incertitude due par la  pandémie covid19 cela relève de l’exploit ,

Chaque jour apporte des doutes , Serge Dépit les a levés, un par un , en imaginant les plans de sécurité  pour  la salle ,en maintenant l’enthousiasme sur les éleveurs et sur les participants du salon des artisans .Une exposition en temps normal prend déjà beaucoup de temps et se prépare plusieurs mois à l’avance, location de la salle , demander les autorisation  etc , En cuisine, on dirait faire monter la mayonnaise et  comme pour celle-ci   le résultat n’est jamais certain.

A une semaine, très fort doute , il y croit encore mais ?  soudain un document lui arrive   » L’autorisation Préfectorale et Communale est accordée dans le respect des consignes préconisées par Serge Dépit dans le protocole qu’il avait présenté aux autorités.

Il est temps de lâcher la pression , les affiches et banderoles avaient déjà été posées ,les animaux étaient enregistrés. Il fallait maintenant monter l’exposition proprement dite en installant les cages et volières, assurer la logistique jusqu’au moindre détail.

Chacun à son poste !

Samedi matin à 9 heures l’Exposition  Régionale d’Aviculture et ornithologique de la Drôme ouvre  ses portes au public.

Les aviculteurs amateurs ,autant dire les amoureux de belles volailles de la  Drôme ont  présenté leurs plus beaux animaux les 10 et 11 octobre derniers dans l’espace Soubiran à Crest Une quinzaine d’artisans étaient également venu présenter leurs productions. C’est ainsi que les  visiteurs venus  » très nombreux  » ont pu admirer 7 à  800 volailles ,canards, lapins, pigeons  etc.

Des bêtes magnifiques  qui n’ont pas pu , comme d’habitude  être appréciées par un jury d’experts pour couronner les plus représentatives de leur standard.

Malgré cela beaucoup  de  visiteurs ont pu acquérir des animaux pour la création de leur futur élevage familial ou pour compléter et embellir  leur petit élevage écolo actuellement dans l’air du temps. Ci-dessous les races et variétés d’animaux présentés au cours de cette présentation des Aviculteurs de la Drôme.

Caille Araucana Padoue frisé à liseré noir. Pigeons
Canard Colvert Brahma maillé argenté Padoue lisse à liseré noir. Californien crème marques noires
Dindon Rouge des Ardennes Brahma herminé bleu Pékin bleu. Cauchois bleu maillé rouge
Dindon de Ronquières jaspe Brahma argenté à épaules rouges Pékin chocolat caillouté lisse Cauchois argenté maillé jaune
Faisan commun Brahma  herminé noir Pékin bleu caillouté frisé Cauchois bleu barré rouge
Faisan vénéré Brahma fauve noir Pékin fauve. Cauchois argenté barré jaune
Faisan doré Brahma perdrix maillé doré Pékin bleu frisé Lahore noir
Canard Barbarie Brahma saumonée Pékin gris. Lahore noir et blanc
Canard Barbarie blanc Brahma blanc herminé noir Pékin noir. Lahore rouge
Canard Barbarie gris-perle Braekel Pékin coucou. Lahore bleu
Canard Barbarie brun Cochin Pékin coucou fauve Lahore argenté
Canard Cayuga Faverolles allemande saumoné Pékin lisse Lahore rouge cendré barré
Canard Colvert Leghorn argenté Pékin frisé Voyageur
Canard Coureur Indien blanc Leghorn doré Pékin porcelaine rouge Voyageur bleu barré
Canard Coureur Indien sauvage Leghorn doré bleu Pékin lilas caillouté. Voyageur blanc
Canard Coureur Indien panaché Leghorn blanche Pékin chocolat caillouté Texan
Canard Haut-Volant New Hampshire Pékin noir caillouté. Strasser de Moravie noir
Canard Mignon noir Orloff tricolore Pékin caillouté noir frisé Strasser rouge
Canard Orpington Orpington blanc Pékin noir frisé chocolatStrasser jaune
Canard de Rouen foncé Orpington bleu Pékin caillouté noir lisse Strasser noir
Canard de Rouen Français Orpington Fauve Pékin noir à camail argenté. Sottobanca rouge
Canard de Saxe Orpington noir Pékin perdrix doré. Sottobanca
Canard Streicher Orpington Pékin perdrix noir. Modène Schietti
Canard siffleur du Chili Orpington fauve à liseré noir Pékin perdrix maillé argenté. Modène allemand noir
Sarcelle à collier Poule Soie blanche Pékin splash frisé Poule maltais fauve
Sarcelle hottentote Poule Soie fauve Pékin frisée coucou. Bouvreuil Allemand
Sarcelle cannelle Poule Soie noire Rhode-Island. Bouvreuil Allemand doré à manteau bleu
Canard carolin Sumatra noir Sabelpoot noir. Alouette de Nuremberg
Nette rousse blonde Sussex herminé Sabelpoot mille-fleurs Chardonneret Danois bleu
Oie frisée blanche Sussex herminé noir Sabelpoot porcelaine. Tambour de Franconie
Oie de combat de Steinbach Sussex blanc herminé Sabelpoot porcelaine. Tambour Allemand à coquille et visière
Oie de Guinée Vorwerk Sabelpoot porcelaine doré. Fantail blanc panaché
Oie de Normandie Wyandotte argenté Sebright doré Frisé Hongrois
Oie de Toulouse à bavette Wyandotte argenté liseré noir Sussex tricolore. Capucin hollandais rouge
Oie du Siam Wyandotte doré à liseré blanc. Welsumer. Colombe blanche
Yokohama pile GR Wyandotte blanc. Hubbel
volaillesBarbu d’Anvers fauve. LapinsPigeon Californien
Barbezieux noir Barbu d’Anvers caille. Papillon noir et blanc Queue de paon indien
Barbezieux bleu Barbu d’Anvers gris-perle. Bleu de Vienne Capucin
Coucou de Rennes Barbu d’Anvers mille-fleurs. Gris de Vienne Capucin noir
Gauloise noire Brahma argenté. Liévre belge
Gournay Brahma perdrix. Nain Hermine aux yeux bleus
La Flèche noir Brahma Isabelle. Nain de couleur havane
La Grise du Vercors Java blanc Nain de couleur fauve
Marans Java. Nain de couleur feu noir
Marans bleu cuivré Java noir UPL Rouge
Marans noir cuivré New Hampshire. Agouti Cannelle
Marans noir à camail cuivré New Hampshire Feu ardoise
Amrocks Padoue chamois lisse. Feu havane.

Au fait, la  » Basse-cour » c’est quoi ? 

Les 2 mots ont leur signification, dans les années 1920 les premières fermes modernes ont été conçues  selon une rationalité de l’époque. Les bâtiments vont être construits selon un aménagement hiérarchique des ses occupants.

La ferme comprendra une grande   » Cour  » la superficie correspondant aux disponibilités du fermier, tant en hectares que du nombre d’animaux et de personnel à abriter.

 Cette cour est soit rectangulaire, soit carrée, elle aura 2 sorties. Une qui donne sur les champs et les prés, et l’autre sur la voie communale. Cette cour sera surveillée par nombre de chiens (Berger, à vaches, pour la chasse et le loisir. ) petits et grands, tous prêts à aboyer au moindre  bruit ou mouvement inhabituel, repoussant tout étranger ou animal nuisible. Une colonie de chats aura la surveillance du stockage des foins, pailles et grains contre les souris ou rats imprudents. Ils n’oublieront pas l’heure des traites pour obtenir leur part de lait.

Bien souvent les bâtiments sont accolés les uns aux autres et autour de la cour. Le premier bâtiment sera la demeure du fermier aussi grande et orientée selon les mêmes critères que la superficie de la cour.

A droite ou à gauche des  logements annexes, indépendants, pour le personnel selon leur hiérarchie. A cette époque une ferme de 50 ha pouvait occuper  une douzaine de personnes en permanence. Dont 2 à 5  voir plus, qui habitaient à la ferme, les autres habitaient le village.

Le local le plus proche de la demeure du fermier sera  » L’écurie « , cette dernière abrite les chevaux qui sont  en tête dans la hiérarchie animale de la ferme, pour cause ils servent de moyen de locomotion pour les déplacements et de traction pour les travaux de la ferme comme les labours. L’écurie est  accolée à la demeure du fermier car le cheval est un animal robuste mais fragile par sa santé   qui doit être surveillée de près, d’ailleurs une pièce habitable est construite dans l’écurie pour le Palefrenier, celui qui soigne les chevaux et qui les surveille en permanence surtout pour les coliques.

Ensuite vient le bâtiment   » L’étable  » réservée aux bovins c’est à dire vaches, veaux, taureaux, à l’époque une vingtaine de vaches représentent un beau troupeau. Avec 2 traites par jour plus les soins, sans oublier le traitement du lait vendu tel quel ou  transformé en crème,  puis en beurre ou en fromage vendu aux habitants des villages environnants ou à des courtiers. Le responsable du troupeau ce nome le Vacher, marcaire ou encore bouvier selon les régions.

Puis le bâtiment  » La bergerie «  réservé aux ovins et, ou caprins c’est à dire  moutons et chèvres  ou plutôt les bergeries car le nombre et la diversité du cheptel peut obliger d’avoir plusieurs bâtiments. Les personnels sont le Berger pour les moutons , un troupeau  peut compter de 50 à 100 unités de mères, ce travail occupe une personne voir 2  à temps complet. En bergerie les moutons ( Brebis , agneaux, béliers.) ou les chèvres mangent 2 fois par jour. Bien souvent le troupeau est emmené  pâturer dans la nature pendant 5 à 6 heures, le berger est toujours occupé aux soins de ses protégés, en particulier la taille des ongles.

Pour les chèvres on aura à faire au Chevrier. Dans certaines régions , il faut ajouter la traite et le traitement du lait comme pour les vaches.

Nous sommes presque à la fin de la hiérarchie animale de la ferme. Les animaux qui suivent sont nourris avec les sous produits dérivés, c’est à dire les grains légers ou mal formés, le petit lait et le babeurre  issus du traitement du lait (Les cochons adorent ) et tous les restes de cuisine.

Nous avons un « entre deux « peut-on dire avec  » La porcherie «  qui abrite les porcs ou cochons, en général  3  à 5 mères (Coche) qui donnent naissance de 10 à 20 porcelets ou gorets  au moins 2 fois par an, plus le mâle ou verrat. elà fait du monde et quelques nuisances, c’est pourquoi la porcherie se trouve souvent à l’extérieur du corps de ferme. Toutes les fermes ont une porcherie.

Un autre bâtiment qui se trouve souvent à l’extérieur de la ferme ou dans le fond de la cour  » La basse-cour «  avec le « Poulailler » occupée par les volailles, poules, coqs, dindes et dindons, oies et autres canards de toutes sortes .
Ce  bâtiment est entouré d’un grand parcours herbeux, avec quelques fois une marre. Toute cette population peut s »ébattre le matin, dès le petit jour avec des chants plus ou moins harmonieux  et agréables  aux oreilles des habitants de la ferme, mais bien  souvent ceux-ci sont levés avant tout le monde, la traite des vaches se faisant de très bonne heure.

Plus une annexe « Le clapier « où se trouvent lapins, lapines, lapereaux , cochons d’inde, furets ( Les furets servent à maîtriser les lapins de garenne, dans les terriers qu’ils creusent autour des champs qui leurs servent de garde manger au détriment des propriétaires ).

Une annexe particulière  » Le pigeonnier  »  se  trouve dans le corps de ferme soit dans un grenier, soit dans une tour  située dans  un angle de la ferme. Les pigeons de l’époque s’appelaient  « Pigeons de pieds » ou  » Mondains » parce qu’ils couraient dans les pieds des habitants, Les « Mondains » actuels sont issus de cette même cour de ferme, mais ils étaient moins gros car ils devaient voler. Ils étaient nombreux et s’éloignaient peu de la ferme.

Les animaux de la ferme et les surfaces agricoles sont gérés en comptabilité par le Fermier, A l’exception  de la basse-cour et du pigeonnier.

La basse-cour est gérée par la Fermière qui dispose de tout animal pour assurer l’alimentation de la famille (Souvent nombreuse) et du personnel sédentaire de l’exploitation, des grandes tablées matin midi et soir et encore plus pendant les récoltes.

Ce type de ferme moderne est dite  » intégrée « , Toutes les nécessités d’une vie communautaire y sont réunies, du moulin à farine au four à pain . Par plaisanterie il était coutume de dire  » On achète que le sel  » à noter que le sel est indispensable pour tous les animaux et les humains.

Après la seconde guerre, dès 1946 les premiers tracteurs viennent remplacer les chevaux  qui disparaissent des fermes vers 1955 et depuis cette période les spécialisations et rationalisations des productions agricoles ou animalières ont démembré cette structure, mais il restera dans presque toutes les fermes, la Basse-cour et les Animaux de la basse cour.

D’ailleurs,  les races régionales de volailles ( La Houdan , la Bresse ,la grise du Vercors, l’Ardennaise, l’oie de Toulouse, le canard de Rouen , le cauchois , le Mondain etc.. sont sans doute le fruit de l’intuition des fermières qui par goût ou autre sentiment ont conservé telle  poule ou tel coq  ou tel canard, ce qui a permis aux caractéristiques de se fixer.

Mais en même temps, le développement des cités industrielles et minières  a permis de conserver cette notion de  » Basse-cour «  .En effet toutes les cités ouvrières étaient composées d’une habitation  avec jardin, et au fond de celui-ci  d’un poulailler et souvent d’un local  pour 1 ou 2 cochons et ceci jusque dans les années 70 où les règles d’hygiènes sont venues à bout des cochons dans le fond des jardins. Mais les poulaillers sont restés, et parmi les élevages qui devaient alimenter la cuisine, des éleveurs se sont fait prendre au même jeu que les fermières et sont devenus des collectionneurs.

Dans ces circonstances, et à la suite des fermières, a pris naissance  la culture des races et variétés  » Dites pures «  de volailles et autres animaux de  » La basse-cour « . Il est devenu évident que ces collectionneurs devenus éleveurs amateurs allaient se rencontrer pour comparer leurs animaux, les premières Associations avicoles sont nées , les premières Expositions sont apparues.

Le Club Avicole et Ornithologique de la Drôme fait partie de ceux-ci.

Il va sans dire que cette période qui est le reflet de mon environnement passé nous a apporté une nourriture saine extra-bio, même avec le jardin où il était agréable de mordre dans une carotte tout juste sortie de terre et de grignoter à droite et à gauche ,tomates, fraises, groseilles etc..

Dans la période que nous vivons, avec cette épée de Damoclès, qu’est le covid19 ou son cousin à venir, il est temps que la raison  l’emporte, et que l’on revienne à des loisirs ou passe temps plus proches du naturel, se nourrir sainement des animaux de la basse-cour, ce qui était leur première justification et ne pas les considérer comme des  animaux de compagnie.

Rien de tel qu’un bon et beau lapin préparé en cuisine dans les règles de l’art, accompagné des légumes du jardin, et partager ce fumet avec des amis, c’est lui rendre le plus bel hommage.

Tant qu’avoir des volailles ou lapins ordinaires dans sa petite basse-cour ne vaut-il pas mieux avoir des animaux qui présentent également par leur beauté  un plaisir pour les yeux, c’est rendre hommage aux fermières qui les premières ont sélectionné les plus beaux et les meilleures animaux qu’elles servaient à la table de tous les convives de la ferme.

Roger BEAUDOUIN mai 2020

Enfin la lumière revient ! Février le mois de faire le bilan de l’année passée.

En effet, après  ce covid qui a tout mis au ralenti ,qui a  semé le doute , et cet hiver qui n’en finit pas,  la nature se réveille  et nous indique qu’il est grand temps de s’occuper de la basse cour.

Roger BEAUDOUIN mai 2020

Wyandotte naine argenté à liseré noir
Dans la couveuse, l’éclosion.

Les oeufs ont été ramassés avec soin,  mis en couveuse électrique ou sous la poule dans un endroit protégé du poulailler. La couveuse électrique demande une expérience et un suivi très particulier, température, humidité etc.. Pour la poule un mirage des oeufs au bout d’une huitaine de jours  permet d’enlever les non fécondés et donne de l’aisance à la poule , quelques oeufs de moins donne plus de place. Pour les canards pas de souci si des abris ont été prévus. La rusticité fait le reste, ils savent se débrouiller tout seuls, il suffit d’attendre le retour de la canne et de compter les cannetons qui suivent derrière,  les plus hardis en tête  de fil.

Pour les pigeons il est temps de n’avoir que des couples dans le pigeonnier sinon gare aux bagarres et oeufs cassés.

Si vous souhaitez rencontrer des éleveurs et  poser quelques questions, ou agrandir ou compléter votre petit élevage  vous ne devez pas manquer l’ Exposition Nationale d’Aviculture des 10 et 11 octobre 2021 à Crest.